PCA - PRA : Plan de Continuité - Plan de Reprise d’activité - C’est de l’ORGANISATION !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Différentes sources existent,  il est donc compliqué d’effectuer une synthèse de l’ensemble de ces diverses documentations.

Un point néanmoins s’avère commun : il est  plus que recommandé d’établir les deux plans (PCA = Plan de Continuité d’Activité / PRA = Plan de Reprise d’Activité) sur des bases méthodologiques rodées.

Le recours au conseil est indispensable.

 

Le gouvernement dans le cas de la pandémie grippale dispose et met à disposition des entreprises une procédure adaptée à ce cas de figure particulier (dans son ampleur et puissance de nuisance).

 

Dans tous les cas  : c’est “UNE AFFAIRE D’ORGANISATION AVANT TOUT “

 

Le PCA doit prévoir tout  dispositif et  solutions adaptées permettant à l’entreprise de fonctionner en mode ”dégradé».

Le PCA couvre a minima trois scénarios, lesquels sont sans ordre d’importance :

S1 - Un choc sur le système d’information  (Foudre, Incendie, …Dégradation, …)

S2 - Un choc extrême sur un immeuble (effondrement voir précédent article, …)

S3 - Une indisponibilité des collaborateurs  (Pandémie, Epidémie, … troubles sociaux,…)

 

Le PCA “générique” (standard) est à la fois une démarche et un ensemble de procédures (formalisées dans un document qui les décrit).

Celui ci doit permettre à un entité, groupe (gouvernement, collectivité, institution, entreprise, …) de fonctionner en mode dégradé ou en situation de crise majeure.

 

Un PCA comprend trois grandes phases (ou phases majeures): 

 

P1) L’Inventaire et l’évaluation des risques et de leurs impacts, C’est un état des lieux. Il s’agit d’identifier les points critiques  (Cf. analyse de risques dans le cadre de projet stratégique)

 

P2) La Définition des actions à mener : celle ci regroupe l’ensemble des mesures que l’entreprise se propose de définir et de mettre en place pour gérer la situation de crise et/ou l’urgence (Cf. Taches, Jalons, Ressources, Calendrier, …)

 

P3) La communication : Il est nécessaire de communiquer (Voir mes anciens communiqués)

 

TOUS LES METIERS DE L’ENTREPRISE SONT CONCERNES (du Dir.Gal à l’opérateur )

Prenons un exemple « métier »: LA SUPPLY CHAIN et plus précisément la fonction de l’approvisionneur / logisticien / acheteur industriel / …

- L’approvisionnement :

Si certains produits sont nécessaires à la consommation quotidienne des salariés (fournitures de bureau, achats hors production…), ils ne mettent théoriquement pas en péril l’activité de l’entreprise.

Dans le négoce, la production ou la distribution, il existe des besoins d’appro vitaux.

Ce sont les approvisionnements (de production) qui nous intéressent, ceux effectués auprès de fournisseurs en matières premières et en produits divers (sous-traitance de compétences et de capacité)

Il convient d’agir afin d’assurer la continuité de la chaîne d’approvisionnement : toute rupture dégraderait le taux de service au client et entamerait la rentabilité de l’entreprise.

 

Dans le cadre de pandémie de type grippale, tous les maillons de la chaine globale d’approvisionnement pourraient être touchés.

 

Il faut donc nous organiser afin de :

- Trouver des alternatives aux défaillances des fournisseurs, (solutions bis)

- Identifier les stocks “critiques”,

- …

L’un des premières idées est de constituer un “stock tampon” (ou de sécurité) en vue de traverser la période critique sans rupture. Le réglage** « fin » des paramètres permettant d’anticiper les aléas au mieux.

Il faudra cependant prendre en compte le coût d’un tel stock.

** Attention : Cette pratique n’est rendue possible que grâce aux outils du système d’information : prévisions des ventes, prévisions de la demande, historiques des ventes, taux de service, ruptures enregistrées etc.

 

J’ose rappeler qu’hors la fonction appro il s’avère aussi utile de penser optimisation des programmes de fabrication avec une gestion affinée des ressources de production (charger les postes goulets est utile si et seulement si le couple ou centre de charge Homme Machine est efficient !  ).

 

Il faut déterminer la liste des personnels « stratégiques » ; adapter l’organisation pour garantir la sécurité de ces ressources (aménagement des espaces, accueils, ….)

 

 

Quid du plan de Retour à l’activité (Plan de Reprise), la  remontée en puissance ou disons le retour à la normale devra intégrer les capacités « réelles » de tous les acteurs de la chaine logistique (fournisseurs inclus).

Les outils de pilotage d’activité, de gestion de la production ou les progiciels de gestion intégré ou autre satisferont aux besoins… (travail collaboratif, ressources partagées, …)

 

En conclusion :

Le conseil en « logistique » assistera les logisticiens tant dans l’établissement de la taille des stocks requis, que la fourniture d’une analyse poussée des consommations et des prévisions laquelle devrait permettre l’optimisation des dits stocks pour la partie APPRO !

 

Plus généralement un audit de situation (contraintes incluses) par le conseil en organisation (généraliste à dominante Supply-Chain) permettra un arbitrage efficace…

 

à votre service

PhLEV (c)2009

 

 

 

 

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »